L’ostéopathie, en corrigeant les petites déformations liées à la vie utérine et à l’accouchement, solutionne de nombreux troubles du nourrisson tels que pleurs, coliques, problèmes de tétées… Pourtant, avant de faire la démarche, de nombreux parents hésitent encore. Attardons-nous donc un peu sur le déroulement d’une séance d’ostéopathie pour bébé, pour lever les inhibitions.

Les différentes étapes d’une séance d’ostéopathie pour bébé

Le déroulement d’une séance d’ostéopathie pour bébé se décompose généralement en 3 étapes, tout comme celui d’une séance pour adulte. Tout d’abord, le praticien pose ses questions, puis poursuit par une évaluation de mobilité ostéopathique avant de procéder au traitement.

L’anamnèse

L’ostéopathe interroge la mère en cherchant à connaître tous les détails qui peuvent affecter la santé du bébé, en remontant dans le temps. Il posera des questions sur la grossesse, l’accouchement et les débuts de la vie de l’enfant.

L’évaluation

Le déroulement d’une séance d’ostéopathie pour bébé se poursuit ensuite par l’évaluation du praticien. Si les parents consultent pour certains troubles, il s’attache lui, à trouver ce qui se cache derrière ces troubles. Il procède pour cela à quelques gestes du bout des doigts, de manière à détecter les dysfonctions du bébé. Il communique de cette façon par le toucher avec l’enfant pour déceler les tensions que son corps exprime et qu’il va devoir soigner.

Le traitement

L’ostéopathe va agir sur l’enfant avec la plus grande douceur. Que les parents se rassurent, le déroulement d’une séance d’ostéopathie pour bébé ne comprend jamais de manipulations fortes ni de craquements. L’ostéopathe va, avec beaucoup de précautions, tirer, basculer ou pousser sur les zones utiles.

Les gestes du praticien

Dans le bon déroulement d’une séance d’ostéopathie pour bébé, le bébé n’est jamais soulevé sous les aisselles, pour éviter toute hyper extension vertébrale. Un bébé est, en effet, sensible aux moindres mouvements. Ses structures internes comme la moelle épinière et tous ses câbles de neurones demeurent vulnérables.
L’ostéopathe tiendra la petite tête dans sa paume et le reste du corps sur son avant-bras.
La chaleur des grandes mains du thérapeute a de plus des vertus calmantes (plus de conseils pour un bébé plus calme sur : https://www.une-maman.fr/).

Pour toutes les manipulations crâniennes, le bébé est maintenu allongé sur le dos. L’ostéopathe peut de cette façon procéder à des effleurages légers et des mobilisations successives et délicates. La zone crânienne est particulièrement exposée lors de l’accouchement et les micros déplacements de ses os sont sources de multiples problèmes fonctionnels et de complications du développement moteur.

L’ostéopathe peut aussi maintenir le bébé en position assise contre lui, pour palper son petit estomac. Il peut masser ensuite bébé sur la zone abdominale, avec la paume de la main pour traiter les problèmes de coliques ou de constipation.
Il peut encore accomplir d’autres gestes comme mettre un doigt ganté dans la bouche du nourrisson pour vérifier ses réflexes de succion et l’état de ses os. Il peut aussi très délicatement picoter chaque étage de sa colonne vertébrale, en insistant sur certaines vertèbres, pour stimuler le fonctionnement du tube digestif. Il peut enfin pétrir très doucement, comme une petite pâte, la peau sous la nuque de l’enfant pour stimuler ses capteurs neuro-végétatifs, en rapport avec sa moelle épinière.

Lors du bon déroulement d’une séance d’ostéopathie pour bébé, il n’est pas rare que les bébés soupirent d’aise ou demeurent endormis, sous les doigts experts du praticien.

L’ostéopathie pour bébé se révèle providentielle pour soulager de nombreux maux du nourrisson comme les coliques ou les  pleurs. Mais ses bienfaits ne s’arrêtent pas là, puisqu’elle permet aussi aux parents présents de mieux se rapprocher du tout petit en comprenant mieux ses réactions corporelles et en adoptant des gestes plus adaptés.