La plupart des gens ont recours au traitement médicamenteux lorsqu’ils tombent malades. Cependant, ce type de médication est connu pour provoquer des effets secondaires, qui sont parfois très agressifs. Pour éviter les contraintes relatives au traitement classique, optez pour des méthodes alternatives, comme l’homéopathie ou la phytothérapie. En effet, de nombreuses plantes sont réputées pour posséder des principes actifs très puissants. Elles permettent de soigner de nombreuses pathologies, dont le dysfonctionnement thyroïdien.

Les bienfaits des traitements naturels

Fabriqués à partir d’extraits de plantes dotées de vertus médicinales, le traitement homéopathique et la phytothérapie présentent de multiples avantages. Les remèdes naturels agissent sur tout l’organisme en lui permettant de retrouver un état d’équilibre. Ils sont à la fois nutritifs et curatifs. Moins contraignants, ils peuvent être pris de façon chronique ou ponctuelle en fonction de la pathologie à traiter. A la différence du traitement médicamenteux, l’homéopathie et la phytothérapie n’entraînent pas d’accoutumance ni d’effets secondaires. Elles permettent d’atténuer l’intensité des symptômes, mais également les effets indésirables des traitements classiques. Les traitements à base de plantes constituent une réponse idéale aux désordres métaboliques (perte ou prise de poids par exemple), à la dépression, au stress, à la perte de sommeil… Ils peuvent être pris à tout âge et ne présentent pas de contre-indication particulière. De plus, les remèdes naturels ont l’avantage d’être moins onéreux que les médicaments de synthèse.

Qu’est-ce que le dysfonctionnement thyroïdien ?

La glande thyroïde, située à la base du cou, sécrète les hormones thyroïdiennes : la thyroxine (T4) et la triiodothyronine (T3), qui sont régulées par la TSH ou thyréostimuline. Cette dernière est sécrétée par l’antéhypophyse. Les hormones thyroïdiennes jouent un rôle primordial dans la croissance et le développement des cellules de l’organisme et contribuent au bon fonctionnement du système nerveux, respiratoire et cardiaque. La dysthyroïdie ou dysfonctionnement thyroïdien se traduit par la perturbation de la sécrétion des hormones thyroïdiennes et de leur action. Une défaillance en T3 et/ou T4 entraîne divers symptômes tels qu’une fatigue, une frilosité, une somnolence, une prise de poids, une dépression, voire une insuffisance cardiaque. L’inflammation thyroïdienne ou thyroïdite peut engendrer une hypothyroïdie, comme dans la thyroïdite de Hashimoto. En revanche, une hyperthyroïdie est due à une production anormalement élevée des hormones thyroïdiennes. Elle se manifeste par une accélération du métabolisme, une perte de poids, une anxiété, une crise d’angoisse, des diarrhées… A titre d’exemple, la maladie de Basedow est une forme d’hyperthyroïdie due à une circulation anormale d’anticorps pouvant stimuler la thyroïde.

Soigner le dysfonctionnement thyroïdien avec des remèdes naturels

Le dysfonctionnement thyroïdien est une pathologie touchant surtout les femmes. Compte tenu de l’anomalie de sécrétion des hormones thyroïdiennes, il est parfois nécessaire d’instaurer un traitement hormonal à vie. Il peut s’agir d’hormones thyroïdiennes de synthèse ou de médicaments antithyroïdiens. Des bilans sanguins doivent être effectués régulièrement pour évaluer le taux d’hormones dans le sang et ajuster la posologie du traitement. Au cours du traitement, vous pouvez basculer vers une phase d’hypothyroïdie ou d’hyperthyroïdie, ou parfois les deux. En cas d’échec du traitement hormonal, le médecin peut proposer une irradiation de la thyroïde à l’iode radioactif ou une ablation de la glande. Les remèdes naturels agissent en réduisant les manifestations de ces maladies, diminuant ainsi la prise d’hormones thyroïdiennes et le risque d’échec des traitements médicamenteux. Moins agressives, ces méthodes permettent de retrouver un état d’équilibre et de stabiliser les hormones. Il faut également surveiller votre alimentation, en particulier l’apport en iode. Toutefois, il ne faut jamais interrompre un traitement hormonal de son propre chef. Bien que vous constatiez des améliorations grâce au traitement homéopathique ou à la phytothérapie, il convient de consulter un médecin pour ajuster votre traitement et procéder à des contrôles réguliers.