Les oméga-3, ces acides gras, semblerait-il, ont des effets positifs sur le système nerveux d’un patient. Néanmoins, les preuves de ces affirmations ne sont pas encore aux mains des spécialistes. Quoi qu’il en soit, pour rester en forme, ces substances sont vivement recommandées dans le cadre d’une alimentation saine. Quels sont les bienfaits des oméga-3 chez les patients dépressifs. ?

Comment définir les oméga-3 ?

Les acides gras polyinsaturés ou oméga-3 se retrouvent en quantité notable dans les graines de chia, graines de lin et divers oléagineux ainsi que les huiles de poisson gras. Ces substances indispensables au corps humain ne peuvent pourtant se synthétiser par ce dernier. Ce faisant, elles sont apportées par l’alimentation équilibrée.

Ainsi que le confirme l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, les oméga-3 forment une famille d’acides gras incontournables. Ces éléments contribuent au bon fonctionnement du corps ainsi qu’à son développement optimal. Il convient de noter qu’il existe trois types d’oméga-3. Le premier se connaît sous l’appellation « acide alpha linolénique ou ALA ». Les végétaux terrestres en sont la principale source. Les deux autres viennent des végétaux marins et des animaux, dont le poisson gras. Ainsi, il est préconisé de consommer du maquereau, du saumon, du hareng ou encore de la sardine. Le premier se nomme eïcosapentaènoïque ou EPA et le second docosahexaénoïque ou DHA. Comment ces omégas aident à la résolution des problèmes de dépression ?

Les privilèges des acides oméga-3 sur le bien-être

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de parler des retombées de la consommation d’oméga-3 sur les signes de dépression, autant revenir à l’apport de ces substances sur la santé. Les femmes en âge de procréer doivent prendre des oméga-3 en quantité suffisante. Il y va de même de celles qui allaitent et de celles qui attendent un enfant. Certes, les oméga-3 s’avèrent indispensables au fonctionnement du cerveau, du système nerveux et de la rétine.

Du côté cardiaque, les données reçues prouvent que les bienfaits des oméga-3 permettent de réduire la tension artérielle. L’EPA et la DHA pour leur part anticipent les soucis en lien avec la dégénérescence maculaire.

Les oméga-3 comme matière de base du cerveau

Le cerveau, cet organe indispensable à la vie quotidienne contient une quantité notable d’acides gras oméga-3. La DHA et l’EPA y sont toutes les deux décelées. Selon les chercheurs, une personne en proie à la dépression a besoin de plus de DHA étant donné les concentrations certainement plus faibles par rapport à une personne en excellente santé. Idem, la quantité d’EPA dans le sang de ces sujets est également plus faible. Ce faisant, ils ont tout intérêt à inclure les oméga-3 dans leur alimentation quotidienne. Ce qui leur donne l’opportunité de prévenir les symptômes en lien avec la dépression.

Le cerveau se compose de DHA qui est le matériau de base de sa conception. Les cellules de cet organe doivent contenir une forte teneur de DHA pour une meilleure activité cérébrale. Quant à l’EPA, elle vient des aliments et se transforme en DHA ainsi qu’en composés participant à l’activité du cerveau. Les scientifiques peinent encore à prouver l’action positive des oméga-3 sur les signes de dépression. Toutefois, quelques conclusions ont pu être tirées. Ainsi, une supplémentation en oméga-3 agit positivement chez les sujets dépressifs. Chez les personnes gravement atteintes et extrêmement dépressives, les acides oméga-3 ont une efficacité encore plus accrue. Comparée à la DHA, l’EPA est plus efficiente.

Ces études restent encore assez hétérogènes pour le moment. Un supplément d’oméga-3 n’est peut-être pas la bonne solution contre la dépression.

Effets des oméga-3 sur les sautes d’humeur

Divers essais cliniques ont été menés pour analyser l’éventuelle action des oméga-3 sur les problèmes de dépression. Les résultats obtenus prouvent qu’une cure à base d’oméga-3 marin (EPA et DHA) réduit les signes chez un patient souffrant de problèmes de dépression. Somme toute, l’oméga-3 est plus efficace que le traitement à base de placebo ne contenant aucun principe actif.

Les bienfaits des oméga-3 marins sont d’ailleurs assez précoces étant donné qu’ils sont effectifs dès la première semaine de cure. Un sujet adulte se trouve souvent en proie à des soucis en lien avec la démence et la dépression. Chez ces derniers, les thérapeutes recommandent la prise d’acides oméga-3 pour une stabilisation de la santé mentale. Encore que l’oméga-3 marin est plus important. Certes, les huiles de poisson sont toutes importantes, mais les équivalences diffèrent. Les vertus ne sont pas les mêmes chez les individus sains et chez ceux qui souffrent de problèmes de dépression.

Toujours est-il que l’huile de poisson contient plus d’EPA et moins de DHA. Une supplémentation venant de ces produits naturels s’adapte mieux à la réduction des symptômes liés à la dépression. Il est de rigueur de choisir le bon poisson pour profiter d’un maximum de bienfaits. Dans cette optique, l’huile de Krill intéresse grandement les chercheurs. En effet, elle se compose d’Asthaxantine en plus d’oméga-3. L’Asthaxantine en question se définit comme un composé antioxydant avec une action positive démontrée sur le mécanisme de mémorisation des êtres humains.